Stage de colombage

Cette activité ne se donne pour le moment qu'en néerlandais

En cinq jours répartis sur trois semaines, et avec l'aide de deux formateurs expérimentés, les participants ont construit un rucher à colombage au Liermolen.

L'objectif du stage est que chaque participant parcoure toutes les étapes du processus de construction, du débitage des troncs à la conception et à la taille des assemblages en bois, en passant par le levage de la construction et le remplissage du colombage. Le fendage des bardeaux de toiture est également abordé. Une expérience en charpenterie est la bienvenue mais n'est pas indispensable pour participer au stage.

Nous avons filmé tout le processus de construction. Voyez ici le timelapse:

Colombage

Le colombage est le précurseur historique des actuelles constructions à ossature bois. Un bâtiment à colombage est constitué d'une charpente de bois composée de poteaux ou montants verticaux, de pièces horizontales et de décharges obliques. Les parois de cette ossature peuvent être remplies d'une armature de baguettes souples entrelacées ou de planchettes tressées, recouvertes d'un torchis de paille et d'argile.

Durant des siècles, le colombage a été, dans de vastes régions d'Europe, y compris en Flandre, une bonne alternative technique aux briques et aux pierres naturelles qui n'étaient pas partout disponibles ni bon marché. Plus exigeant en entretien qu'une construction en dur, le colombage est toutefois tombé en désuétude dès le début du vingtième siècle. Aujourd'hui, les constructions à base d'argile connaissent un renouveau en raison de leurs avantages écologiques. Ce stage propose une initiation pratique à cette technique de construction historique.

Le formateur et la menuiserie japonaise

Les formateurs Ante Corthals et Mathijs Huygebaert ont une grande expérience des outils, techniques et assemblages japonais. Ces techniques de menuiserie japonaise gagnent en popularité et sont dès lors régulièrement abordées lors du stage. Par ailleurs, les outils à main sont aussi utilisés de manière conséquente. Dans le passé, les formateurs ont déjà encadré au MOT l'atelier de sciage japonais ainsi que la venue du "docteur des scies" japonais Nagakatsu-San.

Ante Corthals s'est lancé dans la menuiserie vers 2001, en Nouvelle Zélande. Il y a travaillé pendant deux ans à temps partiel chez un menuisier, tout en construisant sa propre yourte et sa maison ronde. Par la suite, il a travaillé, toujours en Nouvelle Zélande, pour un architecte spécialisé en éco-construction, et a ainsi apris à travailler avec des ballots de paille et à plafonner à l'argile. Il a ensuite déménagé au Japon où il a été pendant deux ans l'apprenti d'un charpentier traditionnel. Parallèlement il a réalisé de courts projets chez différents charpentiers.

En 2010, Ante a collaboré avec une équipe japonaise à la préparation et à la construction d'une maison de thé japonaise, réalisée exclusivement avec des outils à main. Depuis, il travaille à ses propres projets, alternativement en Europe et au Japon.

Il s'initie au plafonnage à l'argile avec le spécialiste Gerrit Van den dries. En 2013 et 2016, Ante collabore à de grands projets avec Axel Weller, un charpentier allemand qui n'utilise que des outils à main.

Lorsque Mathijs Huyghebaert termine ses études de japonologue en 2010, il se rend au Japon. A ce moment-là se tenait une rencontre de charpentiers japonais et européens qui construisaient deux petites bâtisses exclusivement à l'aide d'outils à main. A son retour en Belgique, il décroche un contrat d'apprentissage chez un constructeur limbourgeois spécialisé dans les maisons à colombage. Il cherche ensuite sa propre voie en Belgique et à l'étranger, avec notamment des stages chez des charpentiers au Japon et en France. Depuis 2015, Mathijs travaille comme indépendant sous le nom de Matisu.