Serre-haie (m.)

code d'identification
ID 325
morphologie
morphologie
métier
holotype
GVA 0017 L(bois)=56cm l(bois)=5cm L(chaîne)=75cm l(chaîne)=3cm d(crochet)=9cm pds=1,650kg
description
Lorsqu'il y avait une ouverture dans une haie servant à retenir le bétail, on plaçait - avant l'utilisation du fil de fer - des pieux horizontaux de part et d'autre de cette haie. Ces pieux, qui étaient liés entre eux, serraient donc les branches sur une rangée. Pour tirer les deux pieux l'un contre l'autre, on utilisait une corde ou un serre-haie.

Le serre-haie (1) se compose d'un bois droit d'environ 60 cm présentant un ou plusieurs crans concaves; ce bois sert de levier. À une extrémité du levier est fixée une chaîne qui se termine par un grand crochet (10-15 cm). Celui-ci est fixé à l'un des pieux tandis que l'autre pieu est placé dans l'un des crans du levier; en fonction de la distance entre les deux pieux, la chaîne sera raccourcie à l'aide d'un petit crochet qui se trouve à l'autre extrémité de la chaîne. Lorsque l'on pousse sur le levier, les deux pieux se rapprochent.

L'outil peut également se composer d'un bois - qui servira aussi de levier - sur lequel est fixé un fer en forme de U. L'extrémité est laissée plus large et arrondie afin d'éviter tout glissement lors du placement sur un pieu. Parfois, on utilise également une branche fourchue, mais dans ce cas, les deux bras doivent être attachés pour ne pas se briser; ailleurs, on utilisait le fer d'une fourche à foin cassée. Une corde est fixée au bois à l'aide d'un œil. À son extrémité pend le grand crochet en fer. La corde et le crochet sont parfois remplacés par une tige métallique en forme de crochet.

Le fermier place un pieu d'un côté de la haie et le fait tenir provisoirement en le plaçant sur une branche ou deux fourches en bois ou en utilisant une corde. Il va ensuite se placer de l'autre côté et fixe le second pieu à même hauteur. Il place l'extrémité arrondie ou la fourche du serre-haie sur ce pieu et le crochet sur l'autre. L'oeil est placé dans l'un des crans du fil de fer en U pour que le levier soit suffisamment à la verticale. L'outil est ensuite tiré vers le bas et les deux pieux se rapprochent. Ici, il s'agit donc d'un levier d'un autre type. Lorsque l'outil est repositionné à la verticale mais, cette fois, en dessous du pieu, le fermier le coince avec sa jambe, ce qui lui permet d'avoir les mains libres pour relier les deux pieux. [MOT]

(1) Dénomination propre inconnue.