ID-DOC: recherche générale

Ci-dessous, vous pouvez entrer un mot-clé général et effectuer une recherche générale.

??? Ce que signifient ces points d'interrogation? Ils vous signalent que nous connaissons ces outils mais pas leur dénomination française. Pouvez-vous nous aider?

N’hésitez pas à nous contacter si vous ne retrouvez pas un outil ou si vous rencontrez d’autres problèmes avec notre page de recherche.

Chercher: outil


Les résultats de recherche 251 - 300 1,298 résultats trouvés
Marteau de carrossier (m.)
Marteau (environ 350-500 gr) utilisé pour bosseler la carrosserie d'une voiture. Il a une tête cylindrique étroite et relativement longue (environ 15-20 cm) dont une extrémité a une forme circulaire élargie. L'autre extrémité peut être effilée, sphérique ou carrée. Voir aussi la lime de carrosserie. [MOT]
Marteau de placage (m.)
Outil en forme de marteau, pouvant peser de 300 à 600 gr, avec lequel on étend la feuille de placage sur le support. La panne en est très large (5-10 cm) et le manche, court. La partie travaillante est en fer, en bois, quelquefois en cuivre (1). La face supérieure de la feuille de placage est humidifiée et la face inférieure, enduite de colle. Cette face est posée sur le support. Après avoir légèrement chauffé la feuille pour rendre la colle, qui durcit très rapidement, à nouveau fluide (voir fer à chauffer), l'artisan applique la panne du marteau sur la feuille et pousse (2) ou tire (3) l'outil du centre vers l'extrémité du support (4). Il s'efforce de presser fortement la feuille sur ce support et d'étendre la colle; la pression ne peut toutefois être trop forte pour ne pas déchirer la feuille de placage. [MOT] (1) D'après MERTENS 1956: 1.53. 3.31, le marteau de cuivre est utlisé pour les bois contenant du tanin. (2) Par ex. HAVARD: 79. (3) Par ex. MERTENS 1956: 3.32. (4) Quoi qu'en dise LAMBOTTE: 133, on ne...
Marteau de tailleur de limes
Description de l'outil en construction.Pour plus d'information technique, voir cette fiche en version néerlandaise. [MOT]
Massette de tailleur de pierre (f.)
La massette de tailleur de pierre est un marteau en métal à manche court et tête droite ou courbe, avec une surface de frappe carrée des deux côtés. Parfois, des cavités ont été creusées dans les côtés, à la hauteur du manche (1). La massette sert à frapper les ciseaux à tête étroite (2), le perçoir à couronne et le fleuret. Également lors du fractionnement d'un bloc de pierre de la bonne taille et de la bonne forme; un par un, un certain nombre de coins sont ensuite frappés dans le bloc de pierre en ligne droite et à une certaine distance jusqu'à ce que les deux parties de la pierre soient séparées. Voir aussi la massette sphérique. [MOT] (1) Ces cavités assureraient une meilleure répartition de la force d'impact sur les types de pierres dures comme le granit (MERCUZOT: 221). (2) Lorsque la tête de ciseau est large, un batteur de tailleur de pierre en bois est utilisé.
Masticateur (m.)
Pour ceux qui ont des difficultés à mâcher, on a conçu des pinces qui divisent la viande en petits morceaux. Les mâchoires du masticateur se composent de trois tiges, qui s'emboîtent les unes dans les autres. Deux ou trois dents empêchent la pièce mâchée de glisser. Un ressort assure l'ouverture automatique de l'outil à main. Le pivot rotatif peut être retiré pour nettoyer la pince. [MOT]
Martinet (m.)
Afin de ne pas porter les vêtements par un brossage quotidien, on peut assommer la poussière. On peut utiliser un martinet en osier, comparable à la tapette à tapis, ou une sorte de fouet avec principalement des sangles en cuir, qui sert également à assommer les coussins. Voir aussi la brosse à habits. [MOT]
Matoir (m.)
Le plombier utilise le matoir, un ciseau en forme de S, pour enfoncer le plomb et le travail, c'est-à-dire des cordes peluchées, dans le collier d'un tuyau en fonte afin qu'il soit étanche. Il est frappé avec un marteau. [MOT]
Marteau têtu (m.)
Le marteau têtu est un marteau métallique à bande concave, simple ou double, pour effectuer des coupes grossières à partir d'un bloc brut de pierre naturelle; parfois en combinaison avec un marteau pointu, appelé têtu-pic. [MOT]
Merlin (boucher) (m.)
Le merlin du boucher est un marteau lourd pour étourdir les bovins à abattre, puis les tuer avec la coupure dans le cou. L'étourdissement peut se faire avec un masque d'abattage, un appareil de tir ou ce merlin (1). Il peut s'agir d'un marteau en bois (environ 5-6 kg) avec un long manche (voir maillet à long manche). La partie travaillante peut également être en métal et ressembler à un marteau pour pierre. Ou un marteau avec une tête en métal qui a une extrémité en forme de tige sur un côté qui peut être utilisée pour frapper à travers le crâne pour écraser le cerveau. Un autre modèle se compose d'une broche évidée et d'un crochet à l'autre extrémité. Le crochet servirait à retirer la broche du crâne lorsqu'elle se coince. Voir aussi le poinçon à chaud. [MOT] (1) Interdit depuis 1920 (par arrêté royal du 5 juin) aux Pays-Bas. En France depuis 1964.
Mini faux à manche long/mini faux à manche court (f.)
La mini-faux est utilisée par le jardinier et l'amateur pour couper de l'herbe et des mauvaises herbes sur de petites surfaces. Il s’agit d’une petite faux composée d’un lame métallique légèrement courbée et acérée (env. 30-40 cm) à large dos et extrémité pointue, fixée perpendiculairement sur un manche de bois (env. 10-80 cm). La liaison entre fer et manche est généralement assurée par une vis ou une tige (env. 10 cm) avec soie et anneau. La mini-faux à poignée courte est utilisée courbé et d’une seule main, celle à long manche est généralement tenue des deux mains et utilisée debout. Parfois, le manche long est légèrement coudé à environ 30 cm de l’extrémité. [MOT]
Moette (f.)
L'agriculteur peut arracher les mauvaises herbes à racine pivotante comme les chardons à l'aide d'une moette. C'est une grande pince en bois (environ 90 cm) dont les mâchoires sont souvent crantées pour améliorer la prise. On saisit la base de la plante et on l'arrache doucement. Les racines sont souvent très profondes et se brisent facilement. Il est donc préférable de réaliser cette opération lorsque le sol est très humide et qu'il offre un peu moins de résistance. Cf. également arrache-chardon et échardonnoir. [MOT]
Moine (charpentier de navire) (m.)
La moine (1) est utilisée pour enfoncer et retirer des clous lourds, des boulons et des clous à goujon et est principalement utilisée par le charpentier de marine. C'est un marteau pointu en métal lourd sur un long manche. La pointe est droite et a la forme d'un cône tronqué. L'outil est frappé avec un marteau ou une masse.Voir aussi le chasse-clou. [MOT] (1) ZWIERS: 1.323.
Molette à couleur (f.)
Molette à gazons (f.)
La molette à gazons permet de couper verticalement les gazons ou le fumier tassé, elle est aussi utilisée pour l'extraction de la tourbe. Cet outil possède une lourde lame triangulaire aux coins arrondis, fixée sur un manche en T. La traverse est large (environ 50 cm) et est tenue à deux mains. L'outil est enfoncé dans le sol par le poids de l'utilisateur. Exceptionnellement, l'outil est pourvu d'un repose-pied. A ne pas confondre avec le coupe-paille. A ne pas confondre avec le tranche-gazons dont la lame est tirée et le coupe-bordure. Cf. également hache à fumier, hache à dégazonner et lève-gazon. [MOT]
Moule-cigarettes (m.)
Le moule-cigarettes est un outil manuel avec lequel on peut remplir des cigarettes à filtre vides avec du tabac. Il s'agit d'un cylindre métallique allongé (environ 10 cm de long) (environ 1 cm de diamètre) avec un tube extensible qui peut être ouvert et rempli de tabac. Une fois rempli, il est fermé et un étui à cigarettes vide est glissé dessus. Lorsque le tube est repoussé dans le cylindre - où se trouve une plaque qui agit comme un bourreur à l'extrémité inférieure - le tabac se retrouve dans l'étui à cigarettes. Les modèles plus modernes sont en plastique. [MOT]
Moule à spéculoos (m.)
Planche de bois sur laquelle une ou plusieurs figures - comme un buveur, un bouffon, un saint Nicolas, etc. - sont découpées. Les dimensions varient de 10 à 75 cm. Tout d'abord, le moule à spéculoos est saupoudré de farine de riz ou brossé avec de l'huile, puis la pâte, des spéculoos ou du gâteau brun très moelleux composé de farine de seigle et de sirop, est fermement pressée dans le moule, coupée et battue pour pouvoir la cuire au four. [MOT]
Mouton à bras (m.)
Mouton à bras (1) (1) Egalement hie, dame, demoiselle (Grand Larousse illustré: s.v.). Les deux derniers termes devraient toutefois être réservés à l'outil servant à damer les pavés.
Moulin-râpe (m.)
Le moulin-râpe
Moulin à café (m.)
Les grains de café torréfiés peuvent être finement moulus avec un moulin à café. Il est équipé de disques abrasifs en fonte rainurés, mis en mouvement au moyen d'une manivelle rotative. Le mécanisme de mouture de la plupart des moulins à café peut être réglé de gros à fin avec une vis de réglage. Le moulin à café peut avoir un boîtier carré en bois avec une manivelle rotative en haut et un tiroir en bas où se termine le café moulu (environ 10-15 cm de large; environ 20-26 cm de haut). Le boîtier peut également être cylindrique (environ 8 à 10 cm de diamètre; environ 10 à 20 cm de hauteur) et en métal. Un autre modèle est en fonte (environ 12-27 cm de large; environ 30-45 cm de haut) et est vissé au bord de la table ou du plan de travail. En haut, il y a un entonnoir où les grains de café sont placés; sous le moulin, il y a un récipient ou un bec. Dans ce dernier cas, un récipient séparé doit être placé en dessous. La manivelle est située à côté. Il existe également un modèle mural. Le...
Passe-partout (f.)
La passe-partout est une grande scie à lame rigide utilisée par deux hommes (1) pour couper des bûches et des poutres et pour abattre des arbres. Elle coupe dans les deux sens. Cette scie se compose d'une longue lame dentée (1,30-2 m) (2) souvent plus large au milieu (12-17 cm), et aux extrémités, dans la même position en ligne, deux poignées droites (3) d'environ 50 cm. Il existe maintenant des passe-partouts avec poignées réglables, qui peuvent être placées verticalement ou horizontalement. La bûche à couper est enroulée sur une traverse et les scieurs tirent (ils ne poussent jamais) la scie à son tour. [MOT] (1) Dans le bois tendre, certains artisans pouvaient manipuler la passe-partout seul. (2) BOERHAVE BEEKMAN 1949/5: 408, fig.11.09 montre un arbre d'une circonférence de 13,19 m qui a été abattu avec deux passe-partouts qui sont soudées ensemble en ligne. (3) La passe-partout à poignées fermées (ex: BISTON-BOUTEREAU-HANUS: 247) semble être rare.
Passe-corde (f.)
Une passe-corde est un poinçon d'environ 30 à 40 cm de long avec un trou dans la pointe, à travers lequel un cordon peut être inséré. Le bourrelier, le sellier, le fabricant de matelas et le fabricant de sièges utilisent cet outil à main pour coudre des objets épais. Selon le catalogue d'Osborne, le boucher a utilisé une aiguille à cordon pour lier le jambon (1). [MOT] (1) OSBORNE: 49.
Palette à essorer le beurre (f.)
Ramassé de la baratte, le beurre extrait doit être pétri pour élaborer le babeurre. Ce pétrissage peut se faire à la main ou avec une palette à essorer le beurre. Il s'agit d'un outil à main en bois avec une lame plate et nervurée et une poignée droite ou en forme de T. [MOT]
Peigne à colle (f.)
Une peigne à colle est un outil manuel qui se compose d'une lame en acier robuste, rectangulaire, qui a des dents rectangulaires relativement courtes (environ 2-3 mm) et larges (environ 2-3 mm) en bas et qui est placée dans le haut une poignée métallique creuse en section transversale. Entre autres, il est utilisé par le carreleur pour répandre de la colle. [MOT]
Patins aérateurs (m.pl.)
Des patins de fer ou de plastique dans lesquels sont fichées des pointes métalliques (ca. 5 cm), se fixent aux chaussures et permettent d'aérer une petite pelouse en se promenant dessus. On peut également utiliser un aérateur plantoir ou un aérateur à gazon (rouleau). [MOT]
Paroir de tonnelier (m.)
Le paroir de tonnelier.Voir aussi le paroir de sabotier.
Peigne à myrtilles (m.)
Outil à main permettant de récolter les myrtilles. Il se compose d'un peigne à fortes dents fixées entre trois planchettes verticales (1). Certains modèles ont une poignée dans le prolongement des dents, d'autres modèles au-dessus des dents. Pour récolter, on "peigne" les buissons et on verse les baies dans un panier. Il existe également des modèles bricolés en fer-blanc. [MOT] (1) Il existe également un modèle fermé, sans poignée, qui servirait à récolter les graines de trèfle (PASCAL 2002: 42).
Peigne à poux (m.)
Un peigne à poux est un peigne en plastique, en corne ou en métal avec des dents très fines (environ 1 mm) qui se tiennent les unes contre les autres. Il est utilisé pour éliminer les lentes des cheveux. Parce que les dents sont l'une contre l'autre, les lentes ne peuvent pas passer et elles sont peignées hors des cheveux. [MOT]
Pelle à enfourner (f.)
La pelle à enfourner est un outil à main en bois ou en métal (environ 175-265 cm de long) avec une lame ovale ou rectangulaire (environ 15-35 cm de large) sur un long manche avec lequel le boulanger avait l'habitude de cuire le pain. La poignée est longue pour que vous puissiez atteindre l'arrière du four. [MOT]
Pelle à grain (f.)
Pelle en bois (environ 150 cm de long) utilisée pour remuer le grain et pour verser celui-ci dans la trémie du tarare ou dans des sacs. La partie travaillante est longue d'environ 35 cm et large de 30 cm, est creuse et fixée sur le manche au moyen de chevilles ou de boulons. Cf. également main (à grain) et écope à grain. A distinguer de la pelle de malteur. [MOT]
Pelle à charbon (à main) (f.)
Pelle à charbon (à main)
Pelle à tarte (f.)
La pelle à tarte
Pelle à remuer les terres (f.)
La pelle à remuer les terres
Pelle à séchoir
MOT V 2017.0050 L=160cm l=70cm h=18cm
Pelle à écoper (f.)
Pelle en bois (env. 40-60 cm x 15-20 cm), parfois en fer (env. 25 x 35 cm) (1) à bords remontants et manche en T (env. 65 cm), avec généralement un morceau de cuir en haut de la partie travaillante lorsqu'elle est de bois. Le manche peut être pourvu d’une seconde poignée dans sa partie inférieure (2). La pelle de bois est généralement monoxyle (exceptée la poignée en T). La pelle à écoper est utilisée pour enlever l’eau ou la vase dans un fossé ou encore pour puiser l’engrais liquide dans une embarcation (3). Voir aussi puchette et pelle de blanchisseur. [MOT] (1) SIRAG: 50. (2) Larousse agricole: 1.523. (3) V.A.W.P.: 1.433.
Pelle-décolleteuse de betteraves (f.)
La pelle-décolleteuse sert à débarrasser la betterave sucrière de ses fanes avant l'arrachage. Cet outil se compose d'une lame triangulaire ou rectangulaire de 20-25 cm de large fixée sur un arceau et soudée à environ 150° sur une douille. Dans celle-ci s'emboîte un manche droit d'environ un mètre de long. Un deuxième arceau (environ 28 cm) (1) ou deux dents empêchent les fanes de tomber. Les fanes sont coupés et jetés sur le côté d'un seul mouvement. On peut également décolleter les betteraves au moyen d'un couperet à betteraves. Cf. également râtissoire. [MOT] (1) Par ex. ELOY: 142.
Peigne de tourneur (m.)
Le peigne de tourneur
Peigne de peintre (m.)
Peigne en acier à dents longues (environ 2,5-5 cm), plates et relativement flexibles, utilisé par le peintre en bâtiment pour imiter le bois. Il existe souvent une série de peignes, tous en acier et de différentes largeurs (environ 2,5-10 cm), avec des dents fines (environ 1 mm) et grossières (environ 3 mm), emballés dans une boîte en fer-blanc. Il existe aussi des peignes de peintre dont les dents sont beaucoup plus fermes et sont enfoncées dans un manche en bois; ces peignes sont utilisés pour le marbre. [MOT]
Perçoir à couronne (m.)
Le perçoir à couronne
Perruque en fil de fer (m.)
Perruque en fil de fer (1) (m.) (1) Terme utilisé par BOITET: 127.
Pied-de-biche (m.)
Le pied-de-biche est une barre ronde ou plate en métal d'environ 25-105 cm, avec une extrémité fendue légèrement incurvée, la griffe, pour retirer les clous. Les bords internes de la fente sont généralement chanfreinés pour une meilleure prise des ongles. L'extrémité inférieure de certains grands modèles est incurvée en forme de C pour extraire les ongles plus longs. L'autre extrémité du pied-de-biche est souvent forgée à plat pour casser des boîtes ouvertes. Le pied-de-biche japonais (japonais: kajiya) diffère par sa forme du modèle occidental. Il a deux griffes à angle droit. Sur le côté incurvé, il y a une surface de frappe plate sur laquelle on peut frapper avec le marteau. Pour enlever les clous, le tapissier et le cordonnier utilisent une petite barre de levier, l'arrache épingle avec manche en bois. Le fourreur utilise un outil en forme de peigne. Le pied-de-biche se distingue de l'anspect et de la pince monseigneur. Voir aussi la hachette de déballeur....
Petite fourche à bêcher (f.)
Fourche à bêcher petite et légère servant à émietter le sol autour des arbres et des buissons. Elle convient aussi au travail des parterres, des plates-bandes et autres jardinières. Les gardiens de terrain de gazon sportif utilisent une telle fourche pour permettre à l'eau de pénétrer dans les zones humides d'une pelouse en faisant des trous dans le sol pour rendre le terrain jouable. L’outil est formé de quatre dents forgées ou estampées de section rectangulaire (1 cm sur 0,2 cm) et à extrémité pointue. Ces dents peuvent soit être situées dans le même plan que la partie travaillante soit, tournées perpendiculairement à celle-ci (1). Dans ce dernier cas, l’intention est d’abîmer moins encore les racines des plantes. La partie travaillante et le manche de bois en T, en D ou à boule (env. 80 cm) sont reliés entre eux à l’aide d’une douille. A distinguer de la fourche de fleuriste qui présente un manche plus court (env. 15-20 cm) et s’utilise donc accroupi [MOT] (1) HUXLEY:...
Pilon à pommes de terre (bétail) (m.)
Après avoir retiré du chaudron où ils ont été bouillis (voir louche à pommes de terre), les pommes de terre, navets, betteraves et autres légumes destinés à l’alimentation du bétail et les avoir transvasés dans une cuve, on les écrase avec un pilon à pommes de terre. Il s’agit d’un pilon en bois ou en fer existant sous diverses formes. Cela peut être une pièce de bois ronde plus mince en haut qu’en bas ou une grille ronde (env. diam. 13-15 cm) reliée à un manche (env. 55-80 cm) par un élément en forme de fourche (env. 20-25 cm) et une soie ou une douille. On rencontre aussi des pilons forgés en forme de S. Cf. également presse-purée. [MOT]
Petit sarcloir (m.)
Outil ressemblant à une binette mais dont le fer acéré est généralement asymétrique avec une tige en col de cygne terminée par une douille ouverte ou une soie à manche de bois (env. 15 cm). Il existe cependant des modèles symétriques (V Dv 0851). L’outil sert à couper les racines des mauvaises herbes juste sous la surface du sol. Il est également utilisé en agriculture pour le désherbage manuel ainsi que pour l’éclaircissage des betteraves. Cf. également ratissoire. [MOT]
Pic (m.)
Le pic du mineur et de l'ouvrier de carrière
Pierre à aiguiser (f.)
Pierre allongée (env. 20-30 cm sur 2-4 cm) servant à aiguiser les outils, principalement la faux, la sape, la faucille et toutes sortes de couteaux. Si les outils servant à travailler le bois sont généralement aiguisés sur la meule et la pierre à huile, les bûcherons, les charpentiers, les couvreurs, etc. ont souvent une pierre à aiguiser pour refaire le fil de leur hache si nécessaire. Les outils qui doivent être très tranchants sont affûtés non pas avec une pierre mais avec un morceau de bois tendre (voir étriche) ou de cuir (voir cuir à repasser). On utilise aussi bien des pierres naturelles que des pierres synthétiques et leur forme peut varier fortement: leur profil peut être rectangulaire (évent. à angles arrondis), ovale ou circulaire; en longueur, l’outil peut être à angles droits ou se terminer par deux pointes. A force d’être utilisées, certaines pierres prennent parfois une forme fantaisiste. Il n’est pas rare que l’on fixe une pierre cassée dans une poignée de bois pour en faciliter la manipulation. ...
Pince à castrer (f.)
La pince à castrer (1) est une pince relativement lourde (env. 2-5 kg) à longues branches (env. 30 cm) et large bec (env. 8 cm), présentant de longues mâchoires arquées, utilisée pour castrer les taureaux. Au revers de l’une des branches, on trouve parfois un anneau en forme de U qui sert d’appui pour le genou. On place le bec de la pince successivement derrière les deux testicules – à hauteur de la bourse – et on referme l’outil durant une trentaine de secondes. Au bout de quelques jours, le scrotum commence à se racornir; les testicules rapetissent et meurent. Voir aussi émasculateur (pour porcelet). [MOT] (1) Voir BERTHELON.
Pince à betteraves (f.pl.)
On arrache les betteraves sucrières à l'aide d'une fourche à arracher les betteraves ou d'une bêche à arracher les betteraves. Cependant, lorsque la terre est très humide, ces outils s'enfoncent dans le sol et ils sont moins performants. On utilise alors une forte pince dont les mâchoires saisissent la betterave. On la tient des deux mains. [MOT]
Pince à borne polaire (f.)
Avant de réinstaller les pinces sur les pôles, par exemple, d'une batterie de voiture, il est souhaitable de les nettoyer d'abord avec la pince à borne polaire (1), c'est-à-dire de retirer l'acide de batterie piégé, et de les élargir légèrement pour s'assurer qu'ils atteignent suffisamment le pôle de la batterie. [MOT] (1) Pas de dénomination propre connu.
Pince à boucler (f.)
Pour éviter que les porcs ne fouillent le sol avec leur groin, on place souvent une agrafe à travers la cloison des fosses nasales. Pour ce faire, on utilise une pince à boucler (1). Celle-ci peut également servir à fixer une plaquette d'identification à l'oreille des bovidés (2). Ses mâchoires sont droites ou courbées et possèdent deux fentes longitudinales ou transversales (ou les deux) où l'on place l'anneau. Lorsqu'on serre la pince, on ferme celle-ci. Certains modèles sont équipés d'une vis traversant un des bras pour éviter tout serrage exagéré. Sur certains modèles, une plaquette perpendiculaire aux mâchoires servirait à empêcher l'agrafe de sauter. Une double pince permettrait de fixer également de petites agrafes. [MOT] (1) Avant la généralisation d'agrafes spéciales, on utilisait souvent un fil de fer ou de cuivre, ou un clou à ferrer tordu (ZWAENEPOEL & HERMANS: 43). (2) VERDIER: 238.
Pierre à huile (f.)/Pierre à eau (f.)
Pierre à huile (f.) (1)/Pierre à eau (f.)