ID-DOC: recherche générale

Ci-dessous, vous pouvez entrer un mot-clé général et effectuer une recherche générale.

??? Ce que signifient ces points d'interrogation? Ils vous signalent que nous connaissons ces outils mais pas leur dénomination française. Pouvez-vous nous aider?

N’hésitez pas à nous contacter si vous ne retrouvez pas un outil ou si vous rencontrez d’autres problèmes avec notre page de recherche.

Chercher: outil


Les résultats de recherche 201 - 250 1,326 résultats trouvés
Entonnoir à charbon (m.)
Lors de la cuisson des briques dans un four annulaire, de petites quantités de charbon sont ajoutées par le haut. Les charbons sont versés dans un long entonnoir étroit avec une pelle à charbon (voir pelle à charbon (briquetier)). Il est tenu avec la main gauche tandis que la main droite vide la pelle. [MOT]
Emporte-pièce de cuisine (m.)
Entailloir (m.)
Fer à glacer (cuisinier) (m.)
Ustensile de cuisine en fonte composé d'une assiette ronde (environ 5-8 cm de diamètre; environ 1-3 cm d'épaisseur), attachée au milieu à un long manche courbé (environ 40 cm), avec ou sans manche en bois. Lorsque le glacier est chauffé au rouge au gaz ou au feu, il peut être utilisé pour dorer le dessus de plats à gratin ou de desserts sucrés avec une croûte croustillante ou une couche de caramel.Le fer à glacer est presque impossible à distinguer du fer à repasser les chapeaux, un outil similaire qui a été chauffé sur le poêle et utilisé pour repasser l'intérieur des chapeaux. [MOT]
Etire (f.)
Une etire a une lame rectangulaire (environ 10-15 cm de long) en pierre - généralement en ardoise - en métal ou en verre (1), dont un côté long fait saillie dans un manche en bois qui doit être saisi à deux mains. Le tanneur utilise l'etire pour étirer, lisser, polir et expulser l'humidité du cuir. [MOT] (1) Voir SALAMAN 1986: 313.
Fer à chauffer (m.)
Fer à glacer (repasseuse) (m.)
Fer à joints (m.)
Fer à joints (m.)
Fléau (m.)
Outil à main avec lequel on bat le grain (1) en frappant les gerbes éparpillées sur le sol. Périodiquement, les tiges sont retournées à l’aide d’une fourche à foin en bois. Lorsque tous les grains sont tombés des épis, les tiges sont à nouveau liées et le grain est rassemblé avec une raballe. Le travail peut s’effectuer seul ou à plusieurs (jusqu’à huit ouvriers dans certains cas). Le fléau se compose d’un manche de bois (env. 130-150 cm) et d’une batte plus lourde, généralement en charme (2) (longueur env. 60-80 cm; diam. env. 5-10 cm) fixés l’un à l’autre de façon mobile. Les dimensions et la forme des éléments diffèrent selon l’époque et la région. Ainsi, le gourdin peut être fait d’une seule pièce de bois ou de plusieurs assemblées, comme en Chine (3). La liaison entre les éléments varie également d’une région à l’autre. La partie travaillante peut être pourvue d’une boucle de cuir ou être percée d'un trou. Le manche peut également être pourvu d’une boucle en cuir ou d’un œil en fer fixé à son...
Foëne à anguille (f.)
Forme à couper pour tuile d'aération / Forme à couper pour tuile à pigeons (f.)
Forme à couper (carrelier) (f.)
Fourche à bêcher (f.)
La fourche à bêcher (1) est un outil à main pourvu de dents larges, plates ou à section triangulaire, généralement au nombre de quatre (2). La partie travaillante et le manche en T, en D ou à boule (env. 80-100 cm) sont reliés l’un avec l’autre par une soie – consolidée par un manchon –, une douille ou deux clavettes. Les pointes des dents, légèrement recourbées vers l’avant, sont soit en forme de ciseau soit pointues. La partie travaillante s’élargit vers le bas. Un autre modèle présente en haut de celle-ci une large bande pleine permettant de soulever et de retourner les mottes plus facilement. La fourche à bêcher est utilisée pour travailler ou émietter un sol rocailleux ou collant (3) ou pour l’engraisser. Au potager, cet outil abîme, moins que la bêche de jardinier, les racines de la plante lors du repiquage. Pour les mêmes raisons, le jardinier donne la préférence à cet outil pour arracher les plantes grimpantes et les arbrisseaux . Une fourche à bêcher un peu plus longue est utilisée comme fourche à arracher...
Fourche à arracher les betteraves (f.)
Outil servant à arracher les betteraves sucrières. Il est composé de deux fortes dents (environ 15 cm) fixées au moyen d'une douille ou de deux languettes à un manche en T ou en D lorsqu'il est court (environ 30 cm), et droit, lorsqu'il est long (environ 1,20 m). Ces dents sont courbées en leur milieu et distantes d'environ 5 cm (voir fourche à déplanter les chicorées witloof). L'outil à manche court est enfoncé dans le sol et poussé vers le bas d'une main, tandis que l'autre tire sur les fanes de la betterave. Lorsque le sol est lourd, on utilise la fourche à long manche dont le fer est équipé d'un repose-pied horizontal. Dans ce cas, l'outil est enfoncé dans le sol comme une bêche à arracher les betteraves, le reste de l'opération restant identique. La fourche à ramasser les betteraves est un tout autre outil. Cf. également pince à betteraves et crochet à betteraves. [MOT]
Fouloir à lessive (m.)
Forme pour les tuiles (f.)
Fourche à cailloux (f.)
Forme pour boîtes en carton (f.)
Griffe de jardinier à manche long/griffe de jardinier à manche court (f.)
Contrairement au cultivateur (main), qui est tiré de façon continue, la griffe est actionnée par à-coups, ce qui lui permet d’ameublir la surface du sol. Elle est plus étroite (env. 5-10 cm) et donc surtout destinée aux espaces réduits séparant les lignes et les légumes du potager. La griffe est pourvue de 3 à 5 dents rondes et pointues (celle du milieu dépassant les autres) et d’un manche de bois ou de plastique (env. 20-140 cm) avec douille. Si le manche est long, le jardinier travaille debout; s’il est court, le travail s’effectue penché ou accroupi. Un autre modèle présente de grosses (env. 0,5 cm) dents plates, disposées en une rangée, reliées au manche par une soie. On le distingue d’un modèle tout en métal, utilisé en quincaillerie pour retirer des clous d’un tas (1). Enfin, il existe un modèle à deux dents larges (env. 1 cm) et plates et longue soie (env. 35 cm) introduite dans un manche de bois (env. 15 cm). Voir aussi serfouette, fourche de fleuriste, émietteur et crochet à fumier. [MOT] (1) Selon...
Greffoir à coin (m.)
Le greffoir à coin est utilisé lors d'une greffe en fente sur des branches ou tiges relativement épaisses. Il se compose d'un manche en bois dans lequel est plantée une forte lame d'environ 8-10 cm de long. Le dos de celle-ci mesure 0,4-0,9 cm d'épaisseur et son tranchant est droit ou concave. Son extrémité, courbée vers le bas ou vers le haut, constitue un autre coin dont le tranchant est perpendiculaire à la surface de la lame (1). On place la lame sur la section de la branche ou de la tige et on frappe dessus à l'aide d'un maillet. L'autre coin, à savoir celui qui se situe à l'extrémité de la lame, est planté dans la fente ainsi obtenue; il maintient la fente ouverte pendant l'implantation du greffon. [MOT] (1) Exceptionnellement, les deux coins peuvent se situer sur la même surface (DU BREUIL: 103).
Guimbarde de carrossier (f.)
Le carrossier utilise cette guimbarde spéciale pour le rabotage de bords droits, concaves ou convexes sur des portes par exemple et pour la réalisation de cadres en bois courbés latéralement.  Plus d'information technique sur cette page en néerlandais. [MOT]
Griffe de sabotier (f.)
Outil à main très similaire à la griffe de bûcheron et à la rainette de charpentier et utilisé par le sabotier pour décorer les sabots. Voir aussi la rainette de maréchal. [MOT]
Guillaume de file (m.)
Griffe de maçon (f.)
Levier à pissenlits (m.)
Le levier à pissenlits (1) est une petite fourchette métallique à deux ou trois dents (environ 3-5 cm; longeur total ca. 25-30 cm) permettant au jardinier d'enlever les mauvaises herbes à racine pivotante. La lame peut être droite mais elle est souvent courbée afin de fournir un point d'appui lors de l'effet de levier. Une autre solution consiste en un anneau (diamètre environ 4 cm) fixé juste au-dessus des dents. Le manche de ce modèle est plus long (longeur manche environ 30 cm; longeur total environ 50 cm). A distinguer de la fourche de fleuriste , de la gouge à pissenlits et de la gouge à asperges. Cf. également échardonnoir, déplantoir et arrache-chardon. [MOT] (1) Dénomination propre inconnue.
Louche à purin (f.)
Grande cuiller en fer galvanisé, généralement de forme hémisphérique (diam. env. 25-30 cm), fixée à un long manche de bois (env. 120-140 cm). L' écope à purin sert à puiser le lisier ou le purin de la cuve et à l’épandre, principalement sur les prairies. On utilise parfois un seau ou un vieux sabot (1) dans le même but. A distinguer de l'écope à manche, avec lequel le liquide est transvasé de la fosse dans la cuve à purin. Une cuiller semblable, mais en cuivre et à longue douille, était utilisée en Allemagne en lieu et place de la pelle de blanchisseur (2). [MOT] (1) VAN DAM: 33 parle alors de « sabot à purin ». (2) Die grosse Wäsche: 161.
Lissoir de verre (m.)
Outil en verre qui ressemble beaucoup à une petite molette à couleur ou un pilon, utilisé pour lisser le linge et, entre autres, la broderie; la surface est convexe ou a des coins arrondis. Tout comme le bois à repasser, vous ne chauffez pas ce lissoir. [MOT]
Levier à plancher (m.)
(1) (1) Dénomination inconnue.
Lame de boulanger (f.)
Louchet (m.)
Bêche à fer long (env. 30-40 cm) et étroit (env. 10-17 cm), avec douille ou clavettes, légèrement courbé par rapport à son manche en T ou en D (70-95 cm). Pour pénétrer plus facilement dans le sol, le fer présente souvent un tranchant légèrement recourbé et un rétrécissement d’environ deux centimètres dans sa partie inférieure (1). En haut, il est parfois pourvu d’un repose-pied destiné à ménager les chaussures de l’utilisateur. Pour éviter que l’argile ne reste collée au fer, on le plonge parfois dans un seau d’eau; dans quelques cas, on le bat au marteau sur le côté convexe. Au 19e siècle, on utilisait aussi, en sol léger, des louchets de bois (2). Exceptionnellement, on remplace le louchet en fixant au-dessus du fer de la bêche de jardinier une allonge permettant de travailler plus profondément (3). Un louchet sert à creuser ou à bêcher profondément, c’est-à-dire à travailler le sol à une profondeur de deux, trois ou quatre fers (4). On l’utilise aussi pour extraire la tourbe ou replanter des plantes à racines...
Louche à pommes de terre (f.)
Louche hémisphérique (env. 25-40 cm diamètre) dont le fond est fait de lamelles métalliques rivées les unes aux autres perpendiculairement. Généralement, cette louche est fixée à un manche de bois (env. 1 m) au moyen d’une douille. On peut aussi réutiliser une louche à purin dans laquelle on perce des trous. La louche est utilisée pour retirer du chaudron dans lequel on les cuit les pommes de terre destinées à l’alimentation du bétail. Voir aussi fourche à ramasser les pommes de terre. [MOT]
Louchet (briquetier) (m.)
Pour extraire l'argile, une bêche est utilisée avec un manche court en T et une petite lame de fer qui est dans le même plan que ce manche. La longueur de la tige est adaptée à l'utilisateur; la longueur de la lame diminue à mesure que l'excavateur creuse l'argile plus profondément (d'environ 18 à environ 12 cm). Le travailleur pousse avec force la bêche dans le sol sans utiliser son pied. C'est pourquoi il s'assure que le bord est toujours tranchant et il rend régulièrement visite au forgeron. [EMABB]
Lissette (f.)
Morailles (f.pl.)
Les morailles sont des pinces en métal ou en bois constituées de deux leviers, reliés par une charnière, un anneau ou une corde. Les deux bras sont droits ou pliés. Dans le premier cas, le joint assure qu'il reste de l'espace lorsque l'outil est fermé par pression; de cette façon, la lèvre n'est pas écrasée. Le double arc dans le second cas sert le même but. Une crémaillère sur l'un des bras et une bague sur l'autre permettent de maintenir l'outil dans une certaine position; une corde attachée à un bras remplit le même rôle. Les morailles pincent la lèvre supérieure très sensible (1) d'un cheval pendant le traitement pour détourner l'attention de l'animal et pour induire un effet calmant et sédatif en cas de procédures dérangeantes (ex: soins oculaires) ou douloureuses (cf. tord-nez) (2). [MOT] (1) D'après «Antique medical instruments»: 226 la langue serait prise, mais il ne semble y avoir aucune autre trace de cette méthode. (2) Du point de vue du bien-être animal, le landau tord-nez semble...
Molette à gazons (f.)
La molette à gazons permet de couper verticalement les gazons ou le fumier tassé, elle est aussi utilisée pour l'extraction de la tourbe. Cet outil possède une lourde lame triangulaire aux coins arrondis, fixée sur un manche en T. La traverse est large (environ 50 cm) et est tenue à deux mains. L'outil est enfoncé dans le sol par le poids de l'utilisateur. Exceptionnellement, l'outil est pourvu d'un repose-pied. A ne pas confondre avec le coupe-paille. A ne pas confondre avec le tranche-gazons dont la lame est tirée et le coupe-bordure. Cf. également hache à fumier, hache à dégazonner et lève-gazon. [MOT]
Molette à couleur (f.)
Moule à briques (m.)
Oeuf à thé (m.)
Passe-corde (f.)
Une passe-corde est un poinçon d'environ 30 à 40 cm de long avec un trou dans la pointe, à travers lequel un cordon peut être inséré. Le bourrelier, le sellier, le fabricant de matelas et le fabricant de sièges utilisent cet outil à main pour coudre des objets épais. Selon le catalogue d'Osborne, le boucher a utilisé une aiguille à cordon pour lier le jambon (1). [MOT] (1) OSBORNE: 49.
Paroir de sabotier (m.)
Paroir de tonnelier (m.)
Le paroir de tonnelier.Voir aussi le paroir de sabotier.
Pic à glace (m.)
Poinçon (environ 20 cm de long) utilisée pour briser de gros blocs de glace en morceaux. Le poinçon est maintenu à un angle de 45 ° et la pointe est poussée dans la glace pour la briser. Ceci est poursuivi jusqu'à ce que des flocons de la taille souhaitée soient obtenus. Un pic à glace peut également être composé de six poinçons plus courts (environ 3 cm) côte à côte à une certaine distance de sorte qu'il ait une forme de fourche (1). [MOT] (1) Selon BRIDGE & TIBBETTS: 55, cet instrument serait utilisé pour sculpter la glace.
Pilon à sucre (m.)
Pilon métallique (environ 15 cm) avec un anneau à une extrémité et une plaque circulaire plate avec des goujons à l'autre. Vous pouvez l'utiliser pour écraser le sucre dans un verre de bière Gueuze. Il existe également un modèle où l'anneau a été remplacé par la lame d'une cuillère. Les versions modernes sont en plastique et peuvent également servir à presser une tranche de citron dans une boisson gazeuse (voir aussi presse-tranche de citron). [MOT]
Perceuse à main, à trois pans/Perceuse à main, à quatre pans (japonaise) (f.)
Pierre ponce (f.)
Perçoir à pompe (m.)
Perçoire (f.)
Pince à dénuder (f.)
La gaine isolante des fils électriques peut être coupée et retirée avec une pince à dénuder. Cependant, la pince ne doit pas toucher le noyau et doit offrir la possibilité de retirer le morceau de tubage coupé. Il existe plusieurs solutions et modèles de pinces. Plus d'information technique sur cette page en version néerlandaise. La pince à dénuder est parfois associée à une pince universelle. Voir aussi cette pince et la pince pour couper et démanteler les tubes isolés. [MOT]
Pince à couper le marbre (f.)
Les pinces à marbre sont utilisées par le marbrier pour pincer des morceaux de plaques de marbre (jusqu'à 3 cm d'épaisseur) (1). Les irrégularités sont ensuite éliminées avec le ciselet. Les pinces à marbre se composent de deux mâchoires larges (environ 3 cm) avec une coupe tranchante parallèle l'une à l'autre et perpendiculaire au plan de l'outil. L'ouverture entre les deux mâchoires peut être ajustée en réglant des vis d'environ 0,5 cm à environ 3 cm. Les bras sont constitués de doubles leviers. Voir aussi la pince pour tuiles et la pince coupe-carreaux. [MOT] (1) Une chasse est utilisé avec des pierres dures et des dalles de marbre de plus de 3 cm d'épaisseur pour faire tomber l'excédent de pierre à l'aide de la massette de tailleur de pierre.